“CULTIVER L’ÉTUDE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES ET FAVORISER LEUR DIFFUSION„

L’Institut Grand-Ducal a été créé en 1868, dans le « but de cultiver les sciences, les lettres et les arts » et est composé aujourd’hui de six sections dédiées à l’histoire, aux sciences naturelles et mathématiques, à la médecine, aux arts et lettres, à la linguistique, l’ethnologie et l’onomastique et aux sciences morales et politiques.

La section des sciences morales et politiques recouvre notamment la philosophie, les sciences sociales, politiques et économiques, et la science juridique. Il réunit des personnes qui, par la valeur de leurs travaux scientifiques, méritent d’être réunies en un collège représentatif des branches du savoir définies ci-dessus.

PROCHAINS ÉVÈNEMENTS

14/03/2017Conférence Herwig HofmannLes données personnelles des Européens dans le monde digital17.30 | Chambre de commerce, 7, rue Alcide de Gasperi, Luxembourg-Kirchberg

Quels enjeux sont soulevés par les transferts de données personnelles dans un monde numérique ? Dans quelle mesure peut-on réglementer ces transferts, avec quelles conséquences potentielles pour le Luxembourg et l’Europe ? Le Professeur Herwig Hofmann abordera ces questions à la lumière de la jurisprudence actuelle de la Cour de Justice de l’Union Européenne sur la législation européenne relative aux transferts transfrontaliers de données personnelles et sur l’application des droits fondamentaux dans ce contexte. Ces développements interrogent directement notre image de l’individu dans une société numérique. 

Depuis 2004 M. Herwig Hofmann est professeur de droit européen et transnational public à l’Université du Luxembourg où il était le premier professeur en droit de la nouvelle université. Ses intérêts de recherche sont le droit public européen et comparé, avec des publications en langues anglaise, allemande et française. Certains de ses travaux sont traduits en polonais, en espagnol, en italien et en roumain. Il donne régulièrement conseil aux institutions européennes et à des gouvernements nationaux, était professeur invité dans de prestigieuses institutions en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Parmi ses activités en droit de l’information, en 2015, il a représenté Max Schrems devant la Cour de Justice de l’Union Européenne dans l’affaire C-362/14 Schrems v DPC.